Ton enfant est béni ...

 

Ton enfant est béni ...

 

 

        Le combat pour sauver la vie est aujourd'hui devenu le combat fondamental, primordial, vital - au sens le plus littéral- de l'Eglise. Cette lutte cruciale reçoit un formidable stimulant de cette vérité centrale sans laquelle il n'y aurait même pas de christianisme : la conception immaculée de Jésus in sinu Maria. En découlant de celle-ci, pour la rendre possible, la conception immaculée de sa Mère.

     Les fêtes de la Nativité du Seigneur et de Marie, nous rappellent qu'une naissance, c'est Noël pour chaque nouveau-né : les anges chantent leur joie et le Père en tressaille de bonheur.

 

       Chaque Ave du Rosaire est une proclamation, attestation, confirmation de ce mystère de la Vie en sa première aurore. Si je ne m'exclame plus avec Elisabeth :" Ton enfant est béni", comment pourrais-je dire de chaque enfant in sinu : " Il est béni" ? Dire "il est béni" à chaque Ave, m'induit à le dire de chaque enfant.  De bénédiction divine, y en a t-il de plus grande ?

 

        Il en est ainsi puisque Jésus lui-même s'est identifié au plus petit, fragile, démuni et vulnérable. Et qui est plus fragile qu'un tout petit, comme notre Dieu dans la crèche de Bethléem, comme notre Dieu en son Eucharistie, totalement dépendant de ceux qui la célébrent.