Lire un extrait

         Ta joie, que jamais, elle ne tarisse ! Celle d'avoir tant reçu - tout reçu - à travers ton appel !

         En te prenant à son service, il t'a jugé digne d'une confiance éperdue. Il s'est fié à toi. Non pas une fois en passant, mais pour toujours. Sa confiance, jamais il ne te la retirera ! Il compte sur toi. Et tu comptes  pour lui ! Avant de te consacrer, avant de t'envoyer, il t'a choisi. Pour être avec lui ! Simplement. Totalement. Il est entré dans sa vie et toi tu fais partie intégrante de sa vie. Tu te rends compte ?

          Un appel, c'est un regard. Un regard qui ne cesse d'être posé sur toi. Jusque dans l'éternité. Quoi que tu fasses, il ne se détournera pas. Ni par dégoût, ni par lassitude, ni même par déception. Et si parfois, il s'embrume de tristesse, même alors sa tendresse ne se voile pas. Traverser la vie, une telle certitude au coeur !

           Entre mille, il t'a choisi. Pourquoi ? Un jour tu le sauras. Il l'a voulu ainsi. C'est tout. Puisses-tu en être chaque matin un peu plus émerveillé !

          Fais souvent l'anamnèse de ton appel. Retrace en ta mémoire, ces traces de Dieu te poursuivant. Qu'elles y demeurent fraîches. Pas un sentier d'appel qui soit identique à un autre. Depuis les longs tâtonnements nocturnes peut-être échelonnés sur des années, à la fulgurante intervention qui te paraît être d'hier soir, tellement tu en as été brûlé. Malheureux qui les oublie !

          N'as-tu jamais surpris Jésus, à genoux devant toi ? " Si je ne te lave pas les pieds, tu ne m'auras pas comme ta part d'héritage." Avant de te consacrer, il t'a proposé, moins de te mettre à part, que de te prendre à part pour se faire  ta part à toi, ton domaine, ta maison, ta terre. Oui, Dieu te tenant lieu de toutes choses. Tout pour toi : ton Tout .

 

         Ta joie, que jamais, elle ne tarisse ! Celle d'avoir tant reçu - tout reçu - à travers ton appel !

         En te prenant à son service, il t'a jugé digne d'une confiance éperdue. Il s'est fié à toi. Non pas une fois en passant, mais pour toujours. Sa confiance, jamais il ne te la retirera ! Il compte sur toi. Et tu comptes  pour lui ! Avant de te consacrer, avant de t'envoyer, il t'a choisi. Pour être avec lui ! Simplement. Totalement. Il est entré dans sa vie et toi tu fais partie intégrante de sa vie. Tu te rends compte ?

          Un appel, c'est un regard. Un regard qui ne cesse d'être posé sur toi. Jusque dans l'éternité. Quoi que tu fasses, il ne se détournera pas. Ni par dégoût, ni par lassitude, ni même par déception. Et si parfois, il s'embrume de tristesse, même alors sa tendresse ne se voile pas. Traverser la vie, une telle certitude au coeur !

           Entre mille, il t'a choisi. Pourquoi ? Un jour tu le sauras. Il l'a voulu ainsi. C'est tout. Puisses-tu en être chaque matin un peu plus émerveillé !

          Fais souvent l'anamnèse de ton appel. Retrace en ta mémoire, ces traces de Dieu te poursuivant. Qu'elles y demeurent fraîches. Pas un sentier d'appel qui soit identique à un autre. Depuis les logns tâtonnements nocturnes peut-être échelonnés sur des années, à la fulgurante intervention qui te paraît être d'hier soir, tellement tu en as été brûlé. Malheureux qui les oublie !

          N'as-tu jamais surpris Jésus, à genoux devant toi ? " Si je ne te lave pas les pieds, tu ne m'auras pas comme ta part d'héritage." Avant de te consacrer, il t'a proposé, moins de te mettre à part, que de te prendre à part pour se faire  ta part à toi, ton domaine, ta maison, ta terre. Oui, Dieu te tenant lieu de toutes choses. Tout pour toi : ton Tout .

 

Lire un extrait

         Ta joie, que jamais, elle ne tarisse ! Celle d'avoir tant reçu - tout reçu - à travers ton appel !

         En te prenant à son service, il t'a jugé digne d'une confiance éperdue. Il s'est fié à toi. Non pas une fois en passant, mais pour toujours. Sa confiance, jamais il ne te la retirera ! Il compte sur toi. Et tu comptes  pour lui ! Avant de te consacrer, avant de t'envoyer, il t'a choisi. Pour être avec lui ! Simplement. Totalement. Il est entré dans sa vie et toi tu fais partie intégrante de sa vie. Tu te rends compte ?

          Un appel, c'est un regard. Un regard qui ne cesse d'être posé sur toi. Jusque dans l'éternité. Quoi que tu fasses, il ne se détournera pas. Ni par dégoût, ni par lassitude, ni même par déception. Et si parfois, il s'embrume de tristesse, même alors sa tendresse ne se voile pas. Traverser la vie, une telle certitude au coeur !

           Entre mille, il t'a choisi. Pourquoi ? Un jour tu le sauras. Il l'a voulu ainsi. C'est tout. Puisses-tu en être chaque matin un peu plus émerveillé !

          Fais souvent l'anamnèse de ton appel. Retrace en ta mémoire, ces traces de Dieu te poursuivant. Qu'elles y demeurent fraîches. Pas un sentier d'appel qui soit identique à un autre. Depuis les longs tâtonnements nocturnes peut-être échelonnés sur des années, à la fulgurante intervention qui te paraît être d'hier soir, tellement tu en as été brûlé. Malheureux qui les oublie !

          N'as-tu jamais surpris Jésus, à genoux devant toi ? " Si je ne te lave pas les pieds, tu ne m'auras pas comme ta part d'héritage." Avant de te consacrer, il t'a proposé, moins de te mettre à part, que de te prendre à part pour se faire  ta part à toi, ton domaine, ta maison, ta terre. Oui, Dieu te tenant lieu de toutes choses. Tout pour toi : ton Tout .