Marie est consciente de cet amour du Père et tout son être le chante : " Mon âme exalte le Seigneur". Elle sait s'aimer - simplement- de cet amour dont le Père l'aime. Elle ne cache pas ses merveilles. A chaque pas, elle s'en émerveille :" Toutes les générations me diront bienheureuse." Elle regarde déjà vers l'avenir lointain, sans aucune crainte, alors même que ce qui lui arrive devrait la jeter dans l'angoisse et la peur : " Comment cela va t-il se passer ? Comment réagira Joseph ? Que dira t-on de moi ?"

 

         Etre conscient de cette grâce du commencement de ma vie, là où le Père m'a voulu, m'a aimé, m'a regardé, est la seule vraie source d'équilibre intérieur, de bonne santé humaine. C'est dans ce regard d'amour du Père, que la "blessure originelle" - celle que le "péché d'origine" a ouvert en moi, celle  qui me fait tout le temps douter de l'amour - peut-être à jamais guérie.

        Comme Marie, suis-je prêt à me laisser aimer ? Suis-je prêt à m'en remettre à Elle de ma béance d'amour pour qu'Elle me conduise là où elle pourra être comblée ?

 

           Marie m'est donnée comme un sourire qui éveille la confiance.

     

 

Marie : un sourire qui éveille la confiance ...